Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

« Ô muse, raconte-moi l'histoire de cet enfant, héritier d'un royaume depuis longtemps oublié des hommes... »

 

Dans la mythologie grecque, Adrastée est une divinité originaire de Phrygie (une région de l'actuelle Turquie). Et, sous sa forme la plus ancienne, Adrastée est une des nymphes qui veillent à la protection et à l'éducation de Zeus enfant. Mais ça, c'est dans les textes !

Ici, l'auteur Mathieu Bablet, prends une petite liberté et nous convoite dans un récit initiatique sur un homme immortel, devenu roi par la force des choses. C'est une invitation au voyage dans un endroit que l'on surnomme l'Hyperborée. Sur ces terres froides, le peuple mythique de l'Antiquité prospère « par-delà les souffles du froid Borée » (le vent du Nord). Et pourtant, notre héro légendaire s'interroge sur sa condition d'immortel. Lui qui voudrait savoir pourquoi il a ce pouvoir-là, alors qu'il le vit comme une malédiction, va se poser sur un trône de pierre pour y réfléchir durant de longues années, plus de 1000 ans. Viens ensuite son ascension du mont Olympe et son retour parmi ses semblables. Mais le peuple gronde et de nombreuses cités grecques sont en guerre afin d'obtenir le secret de l'immortalité... la convoitise est cruelle.

C'est au travers de son périple et de ses missions (la fameuse énigme de la Sphinge, l'affrontement avec Polyphème Le Cyclope) que les vérités tombent. Notre voyageur millénaire, « Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom » erre, vogue, lutte, j'allais dire pour survivre mais non puisqu'il est immortel, mais plutôt pour se souvenir et raconter, partager.

« Comme ça, si ça ne t'appartient plus, ton histoire, ton savoir, ton expérience existent quand même au travers des autres, de l'impact que tu auras eu sur eux, et des souvenirs qu'ils auront sur toi. »

 

Mathieu Bablet dresse un scénario torturé de la mythologie grecque tout en respectant les codes. Pour nous aider à la fin des deux tomes, se trouve un lexique des personnages et créatures rencontrés au cours de notre lecture. Avec l'index des pages, c'est très bien fait !

L'idée originale dans ce diptyque tourne autour de ce personnage immortel et qui donne cette sensation d'intemporalité. On ressent très bien le travail de l'auteur sur la notion du deuil, de mémoire, du passage du temps... et ce rapport au monde dans lequel nous vivons...

Un brun philosophique, ce récit est également très drôle en plus d'être épique. C'est inévitable, l'aventure d'Adrastée n'en finira pas de nous surprendre... « Same player plays again ! »

Pour ce qui est du dessin, Mathieu Bablet dessine à la mine bleue pour faire le crayonné, et ensuite il encre au critérium, au crayon HB. Les personnages ne sont pas toujours très clinquant mais les émotions sont transmises et ici, la couleur brille de mille feux ! Que dire du décor, précieusement détaillé, nous sommes transporté littéralement. L'effet aquarellé accentue les ambiances, attise les sentiments. Quant à l'utilisation des couleurs chaudes (le orange) et des couleurs froides (le bleu et le vert), cela insuffle un style, un univers graphique reconnaissable et atypique, propre à l'auteur. C'est inéluctable, il faut découvrir Mathieu Bablet !

-

Adrastée Tome 1/2

Scénario, Dessin & Couleur : Mathieu Bablet
Dessin & Logo : Jonathan Garnier
Première édition, mai 2013
ISBN : 978-2-35910-403-5
©Ankama Éditions 2013 Bablet - Couverture Tome 1/2

©Ankama Éditions 2013 Bablet - Couverture Tome 1/2

©Ankama Éditions 2013 Bablet - Page 3

©Ankama Éditions 2013 Bablet - Page 3

©Ankama Éditions 2013 Bablet - Page 8

©Ankama Éditions 2013 Bablet - Page 8

Après avoir attendu 1000 ans sur son trône de pierre, un homme, immortel, ancien roi d’hyperborée, part vers le Mont Olympe.
Après avoir vu disparaître les siens et son peuple au fil d’une vie qui n’a que trop durée, il s’est enfin décidé à trouver les Dieux pour les questionner quant à son étrange nature.
Pourquoi lui ? Comment mourir ? Peut-il encore retrouver celle qu’il a aimée ?

Quatrième de couverture

Tag(s) : #Mathieu Bablet, #Ankama éditions

Partager cet article

Repost 0