Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La première édition de cet album Garduno, en temps de paix de Philippe Squarzoni date du quatrième trimestre de 2002, publié aux éditions Les Requins Marteaux. Ce titre a été réédité en mai 2012 chez Delcourt, collection Encrages.

Une BD reportage historique, un documentaire sociétal, une autobiographique par le fait que le héros de cet ouvrage soit le dessinateur lui-même ou une bd sous forme de nouvelle du fait qu'elle soit découpée en cinq chapitres ?... Il est bien difficile à classer cet opus de Philippe Squarzoni, adepte du genre BD engagée (Torture Blanche, DOL, Saison Brune). Il est à noter également que ce titre est suivi d'un deuxième tome, Zapata en temps de guerre, ©Les Requins Marteaux 2003.

Dans ce premier volume, Garduno, en temps de paix, l’auteur parle surtout de ses interrogations devant un monde qui lui semble complètement déréglé. Il attaque les pouvoirs financiers, les politiques, les médias, la surconsommation…Quelque part, Philippe Squarzoni dresse une sorte de bilan de l'histoire de notre XXe siècle ! Une chose est sûre, cette BD force à la réflexion, pose de nombreuses questions et donne quelques vérités. Il faudra juste se remettre dans le contexte de l'époque, fin des années 90... Car si l'on peut penser que cet album a pris quelques rides, il est important de se resituer et de se dire que ce qui était vrai avant, l'est toujours maintenant ! Ce livre apporte les bases et l'auteur concède à mettre en place une solution alternative à notre communication, à notre consommation, à notre information.

 

« Il y a, par exemple, le mythe du progrès : Le progrès, quel qu'il soit, bénéficie toujours d'un a priori positif. Il n'est jamais questionné. Là encore c'est une idéologie devenue réalité : "On n'arrête plus le progrès" »

 

« Plus récent, le dogme de la communication : communiquer est devenu un besoin puisque les possibilités de communication se multiplient. Il faut donc "savoir communiquer". »

 

« Le tout est chapoté par la religion de l'époque. On l'invoque pour nous soumettre aux impératifs de la modernité. Il faut suivre son temps, "être de son époque", adopter les valeurs (et les produits) de ceux qui la définissent. »

 

Le premier chapitre donne le ton complexe de cette bande dessinée. Evoluant dans différents contextes par-delà les frontières, l'auteur pose ses idées sur le papier au fur et à mesure qu’elles circulent dans sa tête. Nous sommes à Lyon en 1997, et l'auteur va nous parler de ce village mexicain, Garduno... Les associations d'idées se succèdent, de symboles en symboles, d'anecdotes en anecdotes... de questionnements en questionnements !

Philippe Squarzoni utilise un noir et blanc crayonné auquel il ajoute des étiquettes, des photographies, des citations et autres extraits d'époques. Dans un trait très peu expressif mais sobre, les images s'entrechoquent un peu comme les chiffres se bousculent... L'auteur ne cherche pas le réalisme non plus, et semble plus à l'aise sur le format schématique d'images. Il en ressort toute fois un rythme de lecture assez troublant, qui cependant colle avec le propos balbutiant de l'auteur qui tâtonne dans son discours intérieur...

Une certaine sensibilité émane chez Philippe Squarzoni et n'allait pas dire qu'il se contente de penser seul dans son coin ! Il témoigne également d'un engagement concret. Par l'exemple, son travail au sein d'une ONG croate durant le conflit yougoslave qu'il développe dans le troisième chapitre. Entre modestie et humilité, l'auteur nous rappelle les réalités du terrain. De la même manière, l'évocation de son séjour auprès de paysans mexicains zapatistes porte à la réflexion et surtout donne le témoin à la suite de ce livre. Un deuxième tome est consacré, Zapata, en temps de guerre.

Sincère et engagé, le propos de Philippe Squarzoni se veut attentif sur le monde dans lequel nous vivons, ce monde qui fait la part belle à la mondialisation... Il offre un autre regard, un autre discours sur la situation économique et politique mondiale. Il faut s'y intéresser un tant soit peu, un autre monde est possible !!

Garduno, en temps de paix est préfacé d'un texte d'Ignacio Ramonet, ancien directeur du mensuel Le Monde diplomatique, et Président d'honneur de l'association ATTAC, dont il a été à l'origine de sa création en 1998 pour taxer les transactions financières avec la fameuse taxe Tobin... A sa préface, il donne un titre : On a raison de se révolter.

La contestation est tout autre aujourd'hui, et même si la révolte en son temps de Philippe Squarzoni est légitime, l'intérêt du livre ne peux raisonner que si vous avez la fibre révolutionnaire !!

-

© Philippe Squarzoni 2002 - Garduno, en temps de paix - Les Requins marteaux - Préface d'Ignacio Ramonet. 134 pp., N & B, 15 euros.

©Les Requins Marteaux 2002 Squarzoni - Couverture

©Les Requins Marteaux 2002 Squarzoni - Couverture

©Les Requins Marteaux 2002 Squarzoni

©Les Requins Marteaux 2002 Squarzoni

©Les Requins Marteaux 2002 Squarzoni

©Les Requins Marteaux 2002 Squarzoni

Il y a, au Mexique, un village dont le nom a été oublié par les cartes de voyage. Les paysans qui l'habitent disent qu'il s'appelle Garduno, en temps de paix... et Zapata, en temps de guerre.

Quatrième de couverture

Tag(s) : #Philippe Squarzoni, #Les Requins Marteaux, #Ignacio Ramonet

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :