Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vis, sois heureux, la vie est belle. Elle est belle et pourtant les hommes sont affreux.
Ne les regarde pas. Ne cherche pas à les comprendre en ce moment.
Ils marchent sur la tête. Devant ce monde renversé, ne dis pas : « J'arrive mal. »
Dis-toi plutôt : « J'arrive à temps ! » [...] Toi, tu n'as pas de comptes à rendre. [...]
Et ce serait à toi, plutôt, d'en demander. C'est toi qui pourrais dire aux hommes :
« Alors, c'est ça la République ? » Tu pourrais même aller plus loin,
tu pourrais même aussi leur dire : « Alors, c'est ça l'Intelligence ? »

 

Sacha Guitry, Lettres à mon fils, 1949

 

Ordures est un récit en deux parties de Stéphane Piatzszek au scénario et d'Olivier Cinna aux dessins. La première partie, Entrée Nord est sorti en Février 2014. La seconde partie, Sortie Sud vient d'étre publié, aux éditions Futuropolis, fin janvier 2015.

Ce duo d'auteur est a retrouver dans un polar cérémonial, Fête des Morts, ©Futuropolis 2011

 

Usuellement, un déchet (une ordure) désigne : la quantité perdue dans l'usage d'un produit, ce qui reste après l'utilisation. Ici, rien ne se perd, tout se transforme...

L'autre sens du mot (ordure) est dit d'une personne méprisable, abjecte : un salaud. Ici, tout est explosif, et rien n'est façonné...

 

Bigarré, le trio Moudy, Alex et Samir poursuit son aventure. Mais la situation est au Rouge. Un fait-divers (classique) quelque part dans une banlieue française. Une manifestation de sans-papiers tourne au drame : un mort. Réfugié dans une usine désaffectée, notre trio survit, se cherche, hésite, se prépare... Ils veulent faire un dernier coup comme on dit dans le jargon. Un casse et se tirer dans le Sud. Sauf que le décompte a déjà commencé. Le temps restant est précieux. Dans la désolation de l'usine que couvrent des ordures, quand on a plus rien, vit-on comme des animaux ? En situation de choc, comment réagir, fuir, affronter, s'exposer, exploser ?!...

C'est dans un noir et blanc puissant et limpide que ce récit excelle. Cadré par un bon scénario, rapide et ciblé autour de trois personnages masculin et un féminin, Stéphane Piatzszek façonne son histoire en deux parties. Impossible à lâcher, la trame est bonne, ça tiens le choc, mieux, ça prend de l'ampleur. Le dessin d'Olivier Cinna est fidèle au scénario, efficace, mouvementé, habile et touchant ! Le point fort est dans l'alternance des scènes, temps calme, contemplatif devant les planches et temps fort, course poursuite et autres séquences sous la pluie... Du très bon, à ne pas jeter aux ordures... surtout pas !

Fête de la BD 10.02

 

En attendant que ce duo d'auteur soit un jour primé,

je partage cet article pour la Fête de la BD sur nos blogs...

à lire avec les bavardages de Sophie !!

 

 

Bonne lecture,

OliV

  ©Futuropolis 2015 Piatzszek/Cinna - Couverture

©Futuropolis 2015 Piatzszek/Cinna - Couverture

  ©Futuropolis 2015 Piatzszek/Cinna - Planche 1

©Futuropolis 2015 Piatzszek/Cinna - Planche 1

  ©Futuropolis 2015 Piatzszek/Cinna - Planche 2

©Futuropolis 2015 Piatzszek/Cinna - Planche 2

MOUDY, ALEX ET SAMIR
METTENT LES MAINS JUSQU'AU COUDE
DANS LES POUBELLES DE LA VIE.
POUR LES AUTRES, CE SONT DES VOYOUS,
DES VAURIENS, DES RACAILLES.
DES " ORDURES ".

Quatrième de couverture

Un récit en noir et blanc qui rit entres les balles, et où l'amour, ce clandestin céleste, fait chavirer les cœurs intrépides... et fracasse les immeubles.

Quatrième de couverture

Tag(s) : #Diptyque, #Olivier Cinna, #Stéphane Piatzszek, #Futuropolis, #Les Bavardages de Sophie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :