Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Deux couteaux de cuisine de part et d'autres du titre sur la couverture. Deux chats stoïques et remuants la queue semble-t-il dans du sang. Une hache plantée dans une souche d'arbre est au cœur de l'image de quatrième de couverture. Mais pas d'autres explications pour imaginer la trame de l'histoire. Nous pouvons juste présumer qu'elle va tourner autour des trois personnages représentés sous forme de portrait sur la couverture, et que les chats vont avoir une part importante au récit...

Le titre, difficile à prononcer, Murderabilia est un « mot-valise forgé à partir des termes latin memorabilia (« souvenirs ») et anglais murder (« meurtre »), désignent des objets liés à des meurtriers, notamment les tueurs en série et les tueurs de masse, marchandisés principalement sur des sites internet dédiés à ce type de commerce. » (Source Wikipédia

 

Amis collectionneur, cette bande dessinée hors-genre est faite pour vous ! 

Certaines personnes vouent à des objets aussi insolites que morbides, à vous faire froid dans le dos. Les faits divers ne manquent pas de nous le faire savoir. Ce récit ressemble fort à une anecdote tirée d'une histoire vraie... en tout cas, on trouve de nombreuses références à un phénomène existant, le "serial collectionneur". 

L'auteur espagnol Alvaro Ortiz, dessine et scénarise dans la plus pure tradition ibérique. C'est un récit travaillé autant que fouillé, organisé, précieux. Il crée son propre univers, un peu comme dans son premier album, Cendres, paru en France en avril 2013, déjà aux éditions Rackham. Pour ce deuxième album, à noter que nous avons un très bel objet (à collectionner ?!...) 

Murderabilia d'Alvaro Ortiz c'est l'histoire d'un jeune homme (Malmö Rodriguez) ayant terminé ses études. Il rêve de devenir écrivain mais il est en panne, victime du syndrome de la feuille blanche. Il vit chez ses parents et dit qu'il cherche du boulot, même là l'inspiration ne lui vient pas... C'est l'annonce du décès de son oncle qui va tout changer. Le jeune homme va se rendre chez son défunt oncle et récupérer les deux chats. Leurs destins sont liés. Ils ont surtout une sinistre histoire avec la mort de leur propriétaire. En fouillant sur internet, Malmö Rodriguez va découvrir que certaines personnes sont prêtes à payer cher des objets ou autres ayant un rapport avec une mort étonnante, limite épouvantable. Il décide alors de mettre en vente ces deux chats sur un site dédié aux Murderabilia. Il trouve preneur, le voyage pour Malmö Rodriguez peux commencer, et ne comporte que le simple billet aller. 

Alvaro Ortiz tisse une histoire hors du commun, faite de rebondissement, de noirceur et d'humour. Plusieurs registres narratifs sont utilisés, le polar, le thriller, ou bien encore la simple chronique post-adolescente. C'est très habile et haletant. Sous forme de chapitres donnant ainsi le souffle au lecteur, le dénouement final n'est pas attendu avant la dernière page. C'est prenant, glaçant et séduisant. L'auteur très bavard dans son récit, partage beaucoup de ses informations sur le sujet qui est peut-être à déconseiller aux âmes sensibles. Alvaro Ortiz nuance toutefois avec la douceur de son graphisme, couleur pastel. Il donne aussi beaucoup de détails dans ses planches qui fourmillent de cases. Bref, c'est inédit et fascinant !

 

PS : Le saviez-vous, ce terme Murderabilia, est à l'origine de l'histoire du cannibale de Milwaukee, Jeffrey Dahmer, le garçon au visage d'ange qui a traumatisé la terre entière...

Je cite :

« Tu sais peut-être que Dahmer a été tué en prison par un autre taulard. Ses mémoires à peine commencées n'ont donc jamais vu le jour... et les familles n'ont pas l'ombre d'un dollar. C'est alors qu'un avocat de la région a eu l'idée, pour dédommager les victimes, de mettre en vente certaines affaires qui avaient appartenu à Dahmer. Comme sa collection de scies. Sa brosse à dents. Ou le frigo où il conservait les restes de ses amants. Voilà comment débute l'histoire du collectionnisme macabre. Grâce à un avocat bien attentionné. Fallait y penser ! »

-

Murderabilia, (textes et dessins) de Alvaro Ortiz est en librairie depuis le 15 mai 2015.
Publié aux éditions Rackham. Traduit de l'espagnol par Alejandra Carrasco Rahal.
La couverture est cartonnée avec dos toilé. Petit format (cm. 17 x 24), de 120 pages en couleur.
Prix de vente public, 21 € - N° ISBN : 9782878271874

 

Alvaro Ortiz est en tournée dédicace-rencontre ces jours-ci :

Le 3 juin, Librairie Expérience, LYON
Le 6 juin, BDNET Bastille, Paris 11
 

 

C'est une participation au rendez-vous La BD de la semaine.

Cela se déroule aujourd'hui chez Jacques.

 

 

C'est une participation au rendez-vous La BD de la semaine.

Cela se déroule aujourd'hui chez Jacques.

 

©Rackam 2015 Ortiz

©Rackam 2015 Ortiz

©Rackam 2015 Ortiz

©Rackam 2015 Ortiz

Tag(s) : #Alvaro Ortiz, #Edition Rackham

Partager cet article

Repost 0