Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

" Un interstice, une parenthèse dans le fil de jours ordinaires... C'est vrai... A quoi bon toujours se presser... Lentement, j'ai longé le bord sans chemin de la rivière. "

Jirô Taniguchi, L'homme qui marche

Dans la très grande bibliographie du plus européen des mangakas, de nombreux albums ont été réédités : Le journal de mon père (©Casterman 1999), Au temps de Botchan (©Seuil 2002), Quartier lointain (©Casterman 2002), Le Sommet des dieux (©Kana 2004), Le gourmet solitaire (©Casterman 2005). Ils sont devenus des « long sellers », des titres peu sensibles aux modes, qui se vendent et s'apprécient dans la durée.

Dans cette liste, un titre est à rajouter. Il remonte à 1995 et c'est son premier ouvrage personnel publié en français. Il s'agit bien sûr de L'homme qui marche. Cette bande dessinée compte trois rééditions, gage de forte qualité. La première, date de 2003, dans la collection Casterman Écritures. La seconde en 2012, dans une édition spéciale à l'occasion des dix ans de la collection Écritures. Et enfin la troisième, date de janvier 2015, pour une édition de luxe  " 20e anniversaire ", incluant des nouvelles inédites et 17 pages en couleur, avec couverture rigide et jaquette illustrée.

Observer les oiseaux, regarder tomber la neige, grimper à l'arbre, nager dans la nuit, prendre un bon bain, ou encore, ou tout simplement, voir la mer... voilà les verbes d'état que notre homme... qui marche, va entreprendre. Cet homme est une manière d'être. Il s'attribue de la simplicité en simplicité. Tout ce qu'il intente n'implique aucune durée, il est comme libre. Jirô Taniguchi fait vivre son personnage dans la contemplation. Il dresse un portrait et ses modalités mais sans aucune prétentions. Il nous décrit ce qu'il voit, ce qu'il pense, ce qui lui semble juste, ce qu'il est ! Et nous, on écoute, on observe et on se folâtre !!

Le récit jouxte de ces plaisirs minuscules, vous savez, tous ces petits rien qui font du bien. Les souvenirs ont la part belle dans une narration fluviale, un doux rêve... Ce sentiment d'être bercé tout en marchant, plaisir de l'enfance... Au demeurant, cet homme déambule dans les rues de Tokyo, en toute quiétude...

Dans une écriture nostalgique, L'homme qui marche par Jirô Taniguchi (qui pourrait très bien commencer par " il était une fois... "), est juste une invitation à l'accompagnement, à flâner, à s'émerveiller de toutes ces petites choses qui nous entourent. Sereinement, prendre son temps et apprécier à sa juste valeur chaque instant qui passe...

Dans un noir et blanc subtilement épuré et fort de réalisme, la patte graphique est envoûtante, précise. L'auteur japonais décortique chaque passage de ce quotidien qui nous appartient en faisant l'éloge de la douceur. Et par de nombreux passages muets, sa force est de détailler tout ce qui l'entoure, autant de plaisir pour nos yeux admiratif, sous le charme !

Cet album est une ode à la nature, très poétique et à lire en marchant, avec comme point de mire, un retour aux sources...

-
Un documentaire inédit « Dans les pas de Jirô Taniguchi, l’homme qui marche » a été présenté lors de l’exposition « Jirô Taniguchi, l’homme qui rêve » à Angoulême, en janvier 2015.
-

L'homme qui marche

Jirô Taniguchi
Éditeur : Casterman écritures
Dépôt légal : 09/2003

-

BD de la semaine Chez Jacques

 

Une participation pour La BD de la semaine

BD de la semaine Chez Jacques

 

 

©Casterman 09/1995 Taniguchi

©Casterman 09/1995 Taniguchi

©Casterman 09/2003 Taniguchi

©Casterman 09/2003 Taniguchi

©Casterman 04/2012 Taniguchi

©Casterman 04/2012 Taniguchi

©Casterman 01/2015 Taniguchi

©Casterman 01/2015 Taniguchi

Tag(s) : #Casterman, #Taniguchi

Partager cet article

Repost 0