Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

« ça va sévèrement canarder sur votre position dans moins de deux minutes... »

 

 

DMZ tome 11 : Châtiment collectif

(contient les épisodes 55 à 59 de la série)

Scénario & illustration de couverture : Brian Wood

Dessin : Andrea Mutti - Cinq heures sous les flammes

Nathan Fox - Le protecteur fantôme

Cliff Chiang - Amina, une mère

Danijel Zezelj - Une décennie sur un mur

David Lapham - La guerre de matty

Couleur : Jeremy Cox

DMZ est une création de Brian Wood et Riccardo Burchielli.

Illustration des couvertures de la série de John Paul Leon.

Dépôt légal : Septembre 2012

©2012 • URBAN COMICS, sous licence Vertigo/DC COMICS

 

 

Les couvertures des épisodes #55, #56, #57, #58 et #59 :

#5555    #5656 

#57DMZ (B&W, UNLETTERED)

#58    #5959

---

 

Ce tome 11 (version française) de la série DMZ est une transition que l'on pourrait considérer comme un hors-série. Il est constitué d'histoires courtes portant chacune sur un personnage différent. Brian Wood avait déjà proposé cet exercice de style dans le tome 5 - La guerre cachée (C'est le prochain tome à paraître dans la réédition en albums cartonnés par Urban comics).

Coïncidence ou non, on retrouve quasiment les mêmes personnages (Amina, Decade Later, Wilson) avec les mêmes auteurs (Nathan Fox, Danijel Zezelj). C'est donc une sorte d'hommage que Brian Wood rend à ses amis auteurs qui ont travaillés avec lui mais aussi à nous lecteurs qui sommes dans la prévision de la série qui touche à sa fin. Quel meilleur art existe t-il que de proposer un espace de travail en proposant ses scripts aux différents auteurs en question pour ainsi aborder la conclusion finale avec douceur !

Un travail renouvelé afin de reprendre son souffle dans le long cours de DMZ et terminer l'aventure avec Matty Roth dans les deux derniers tomes à venir.

 

Cinq récits, cinq héros, cinq parcours, cinq regards, cinq voix, sur la vie dans la DMZ durant les bombardements intensifs de l'armée (dixit la note de l'éditeur en quatrième de couverture).

Bien qu'ils soient indépendant, ces cinq épisodes sont parfaitement cohérent. Ils entrent dans une continuité de la guerre avec en fil conducteur toujours ces bombardements. Certes, on perd un peu le fil de la position de Matty. En contre partie, si je puis dire, nous allons retrouver la très belle et indispensable Zee durant cinq heures sous les flammes...

 

« Je suis medecin. Je vais faire semblant de t'examiner. Joue le jeu.

Je sais ce qui tu es. Tu peux mentir à ces gens, mais je sais qui tu es.

Alors c'est quoi l'histoire ? »

 

Le protecteur fantôme, malheureusement, semble se résigner...

« "Je suis Chinatown", qu'il dit. Il se trompe. Je n'étais que son gardien. J'ai vécu une belle aventure...

... Mais Chinatown nous survivra tous. »

 

Amina, une mère, mais dans quelle souffrance...

« Personne n'est fait pour vivre ça. Les cicatrices, du corps comme de l'esprit, nous marqueront à jamais. Tout comme la culpabilité...

... Et les regrets. »

 

Une décennie sur un mur, comme quasiment le temps d'écriture que cette série a pris à son auteur, Brian Wood.

« La ville est mon ADN. Les immeubles sont mes os. Les rues sont mes artères. Et même s'ils me brisent et me saignent...

... Je continuerai ainsi pour les décennies à venir. »

 

La guerre de Matty, que l'on retrouve dans ce dernier épisode pour nous diriger ensuite vers un comment sortir de la DMZ ?

« Vous êtes au courant ? La guerre va bientôt finir. C'est vrai.

Certaines guerres peuvent s'achever, malgré tout. »

 

Dans le tome précédent, nous avons comptés les portés disparus. La suite est toute trouvée, c'est donc ici le temps du châtiment collectif, avant un horizon meilleur ?

A suivre dans le prochain épisode !

En attendant, la lecture de ce volume confirme des personnages forts en caractère. Une voix off parfaitement dans le ton. Côté dessin, les styles des cinq dessinateurs n’ont pas grand chose à voir les uns avec les autres. Aucun ne démérite vraiment, mais aucun ne sort vraiment du lot non plus, sauf peut être l'épisode "Une decennie sur un mur" de Danijel Zezelj (auteur entre autre de Congo Bill, Industriel, Invitation à la danse, aux Editions Mosquito). Maintenant comme je l'ai dit plus haut, cela n'enlève en rien à la compréhension, bien au contraire... Au final, je trouve la qualité de ce tome dans la lignée des précédents : Excellent !!

 

Conseil de lecture, relire le tome 5. (Pour ne pas oublier!)

 

dmz-pl-T5.jpg

Planche Tome 5.

dmz-pl-T11.jpg

Planche Tome 11.

 

 

DMZ T11

 

dmz-t11-img.png

©Urban Comics 2012 <Collectif>/Wood

 

 

 

Cette lecture s'ajoute avec celles des participants

dans le cadre de la Logo BD Mango bleu chez Mango.

 

 

 

Bonne lecture,

OliV

 

Tome précedent, le 10.

Tome suivant le 12.

 

Tag(s) : #BD du Mercredi, #Brian Wood, #Riccardo Burchielli, #Jeromy Cox, #Comics, #Urban Comics

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :