Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  habibi-craig-thompson

Craig Thompson, 36 ans, vit actuellement à Portland, dans l'Oregon.

Dessinateur et scénariste de bande dessinée, son premier livre «  Adieu Chunky Rice » lui valut en 1999 le Harvey Award du meilleur espoir (Best New Talent).

Son œuvre la plus connue est à l'heure actuelle le gigantesque « Blankets », un "graphic novel" de 600 pages qui remporta aux États-Unis trois Harvey Award, deux Eisner Award (Meilleur album - matériel inédit et Meilleur scénariste/dessinateur) et en France le prestigieux prix de la critique décerné par l'ACBD en 2005.

 

Auteur : Craig Thompson

Date de parution : 26/10/2011

Editeur : Casterman écritures

 

« Avec Habibi, Craig Thompson signe un travail graphique d'une impressionnante sophistication, marqué du sceau du merveilleux. A la fois contemporain et intemporel, c'est une histoire d'amour aux résonance multiples, une parabole sensible et lucide sur le monde moderne et la relation à l'autre.

Ancré dans un paysage épique de déserts, harems et bâtiments industriels, Habibi raconte l'histoire de Dodola et Zam, deux enfants liés par le hasard, puis par un amour grandissant.

Un récit onirique, érudit et sensuel à l'atmosphère orientale digne des Mille et Une Nuits. »

habibi3

Craig Thompson explique que travailler sur ses livres étend ses zones de confort social et invite au dialogue avec les autres. Il voulait en savoir plus sur l'Islam. Il nous donne un regard.

 

« Avant Habibi, je n’avais pas d’amis musulmans. L’élaboration du livre a éveillé la curiosité et les a conduit naturellement dans ma vie. Cela a inspiré de nombreux grands dialogues. Et bien sûr, nos entretiens ont révélé que nous avions plus de points communs que de différences. »

 

Il y a beaucoup à parler et beaucoup à réfléchir sur ce livre. Un roman graphique qui a amené six années de travail à l'auteur. Il a donc commencé à travailler en 2004, alors que la guerre en Irak était en plein essor. De puis, bien de choses ont évoluées mais le sujet reste inchangé ... la culpabilité. Craig Thompson nous fais part dans ce livre de la culpabilité américaine (et européenne ?)...

Il effleure pour nous le sens des responsabilités, ce développement économique qui accroît la misère, une plus grande différence entre riches et pauvres, hommes et femmes... Il est partis au Maroc pour s'imprégner de la culture, il as lus le Coran, lui qui est chrétien... Toute fois Habibi  ne parle pas vraiment de religion.

« Parce que la religion engendre des séparations entre les gens et les cultures. Je suis plus curieux de ce qui nous rapproche — des points communs entre toutes les confessions — et d’expériences davantage mystiques et extatiques de la spiritualité. »

 

Habibi  parle d'une histoire d’amour entre deux personnages très abîmés par la vie, Dodola et Zam, deux enfants esclaves qui se sont échappés... De neuf ans son aînée, Dodola a sauvé Zam, alors âgé de 3 ans, et l’a élevé d’une façon très maternelle. Cette relation mère/fils commence à dériver quand Zam atteint ses 12 ans, que sa propre sexualité se réveille et qu'il désire Dodola ...

 

Dans la première partie du récit, nous observons cette relation mère/fils, basée sur des valeurs de respect. Nos deux héros vont être arrachés l'un de l'autre. Les mésaventures commencent... En divers points du récit, Dodola est violée, battue, jeté dans un cachot et forcée à se prostituer pour la nourriture et l'eau. Zam quant à lui, est doué pour trouver de l'eau, c'est sa mission. Il est prêt à tout pour retrouver Dodola, il sera eunuque, gardien du sultan, maltraité et traumatisé, il en ressort plus fort, il devient homme.

Les deux protagonistes sont séparés pour une grande partie du livre jusqu'à ce que, grâce à une série de renversements peu probable, ils ont pu se retrouver l'un à l'autre, une fois de plus !

habibi craig thompson-copie-1

Une révérence de Thompson pour la culture islamique est évident dans tout le livre. Feuilletez et vous allez voir, page après page, l'hommage rendu à la calligraphie et l'ornementation et la conception géométrique qui sont tellement importants dans l'art islamique.

Habibi  prend place dans un monde entièrement inventé. La scène se déplace régulièrement, du vaste désert au Palais d'un Sultan inspiré de Mille et Une Nuits à une friche urbaine infestées de poubelle — Ainsi, le ton du roman change dans une certaine mesure avec chaque déplacement.

La lecture du livre est chapitré. Ils sont au nombre de 9 !!! Ce chiffre est très présent, à croire que Thompson nous laisse un message sur le symbolisme des chiffres ? Il est dit que dans la Bible, le chiffre 9 représente la plénitude spirituelle... Une bénédiction... afin de définir l'endroit où le christianisme et l'Islam a commencé ?...

« Habibi continue telle une rivière. » 

C'est tortueux, ça déborde parfois vers l'insupportable, cette lecture m'as mis mal à l'aise concernant la condition de la femme et donc de l'homme... Seul l'Amour porté à la fois par Dodola et Zam deviens nécessaire pour ne pas se noyer... 

 

Une histoire d'amour impossible à travers ces excès mélo-dramatiques.

La sublimation de la sexualité comme message de réprobation sociale.

Un scénario étrange suggérant un anachronisme entre fable et réalité.

 

L'imagination donné au lecteur se trouve dans le graphisme, dans la possibilité de développer l'image. Les formes géométriques et calligraphiques sont énormément travaillés. Une véritable analyse est affichée dans les éléments de l'iconographie islamique, laissant place à la beauté de la calligraphie arabe.

L'équilibre délicat d'être aussi éducatif. Il y a un travail de recherche profonde derrière chaque page, pour une exploration approfondie des racines historiques et religieuses de symboles, de lettres, de structures géométriques, ainsi que son sens et son utilisation.

 

 « Elle a été vu portant une torche et une cruche d'eau. Une torche — pour brûler le Paradis... Une cruche d'eau — pour noyer l'enfer... »

 

Habibi  est un roman graphique magnifiquement dessiné et émouvant qui obtiendront une quantité énorme d'attention. C'est une lecture de plus de 670 pages, pour grand amateur de Bd. 

Mon seul petit regret, est de ne pas avoir la couverture originale même si Casterman propose un léger relief sur le titre et mis en couleur Orange . . .

 

habibi_finished.jpg   

 

habibi-007.jpg

 

habibi002.jpg

 

preventif-coliposte-saint-jean-de-vedas-24_08_11.jpg

    © Casterman /Thompson 2011

 

Allez poser vos yeux sur le "habibi book"de Craig Thompson , c'est anglais mais ça vaux le click !!

Autre clique en "Belge", sur un très bon avis chez Yvan

Pour les "hispanophones" , c'est ce clic !

Enfin et bien sûr en "Américain" click and go !!!

 

 

Bonne lecture,

OliV'

 

Tag(s) : #BD auteurs étrangers

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :