Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

notre mère la guerre couv 1Première Complainte, Septembre 2009, 64 planches, Prix 16 €
 
Allons amis, Il y aura toujours la guerre. Toujours.
Roland Dargelès,  Les Crois de bois.
 
 
Notre Mere la guerre couv 2Seconde Complainte, Septembre 2010,  64 planches, Prix 16 €
 
La plupart des hommes meurent comme des animaux, non comme des hommes.
Ernest Hemingway,  Nick Adams et la grande guerre.
 
 
Notre mère la guerre Couv 3
Troisième Complainte
 
dépôt légal : Novembre 2011,  64 planches, Prix 16 €
 
If any question why we died, tell them, because our fathers lied.
Rudyard Kipling, Epitaphs of the war.
 
 
Scénario : KRIS
 
Dessin et couleur : MAËL
 
Éditeur : Futuropolis
 
 
 
   Kris - Maël © Futuropolis - 2011
 
 
Résumé des complaintes :
La guerre dont il est question ici, c’est celle des tranchées, des poilus, 14 - 18. L’action se déroule au niveau du front, en première ligne, à proximité de l'ennemi, les 'boshes'. 
"Notre mère la guerre" est une histoire dans l' Histoire.
Les auteurs nous proposent une enquête policière au cœur de la 1ère Guerre Mondiale.
Des jeunes femmes sont retrouvées assassinées en plein coeur des tranchées. Alors que la guerre apporte son lot de morts tous les jours, ses crimes là dérangent. Parce que ce sont des femmes. Parce que leurs corps sont retrouvés dans l'antichambre de l'enfer. Et sur chacune des victimes, une complainte, lettre d'adieu, écrite par leur meurtrier ...
Début de l'année 1915, l'enquête est confiée à un gendarme, le Lieutenant Roland Vialatte. Pour cela, il va se rendre dans cette première ligne boueuse, humide, glacée. Vialatte rencontrera alors une escouade, la 11è de Mautauban, des mômes de 16 ou 17 ans, dirigés par le Caporal Gaston Peyrac. Il en reste que cette section est composé de repris de justice ... des soupçons se forment, l'enquête avance et propose de nouvelles pistes intéressantes.
Le Capitaine Janvier de l'état major était ami avec une des victimes ... Le Lieutenant et son Capitaine vont se retrouver en avant des premières lignes, bien que la situation s'y trouve très compliqué ... l'offensive se rapproche pendant que l'enquête se précise autour de la section de Peyrac.
 
Le scénario est tiraillé entre fiction et Histoire. L'utilisation d'un héros narrateur, permet au lecteur de se retrouver au coeur des hostilités, partageant le quotidien de ces mômes transformés en chair à canon ... et, en nous plongeant dans l'horreur de la guerre.
 
notre mere la guerre section peyrac
  LA SECTION PEYRAC - Maël © 2011
 
« Le dépaysement graphique est réel, on s’immerge complètement aux côtés des Poilus, on patauge dans la boue et le souffle des explosions nous conduit, instinctivement, à avoir un mouvement de recul. » : dixit Mo'
   
 « Usant d'aquarelles en couleurs directes et jouant sur les nuances de quelques tons savamment choisis, l'artiste propose des planches de toute beauté qui dépeignent avec beaucoup de brio cette fresque violente. » : dixit Yvan  
 

 

L'histoire montre toute l'ambiguïté et la barbarie dont l'humain est capable ...
Mené par la main de maître de Kris, ce thriller est passionnant et les dessins de Maël posent le décor d'une très belle façon. C'est touchant, émouvant, droit au but ... 
 
 
Cette Troisième Complainte reprends deux ans après l'offensive meurtrière et destructrice de la section de Peyrac, lui même disparu lors de cette attaque des allemands...
 
 Notre-mere-la-guerre-tome-3-
 
Nous sommes en mai 1917. 
Le lieutenant Vialatte retourne combattre en première ligne comme volontaire dans une compagnie de char moderne (l'églantine)  afin de servir dans "l'artillerie spéciale".
Et ce dans l'espoir que les chars parviennent, eux, à mettre un terme à la guerre ...
Gravement blessé, il sera soigné à l’hôpital militaire du camp de Marly-le-Roi.
À sa surprise, le désormais Commandant Janvier vient lui rendre visite. 
« Vous vouliez rendre justice à ces malheureuses femmes et à ces gamins perdus ? Je vous en redonne le pouvoir », lui dit-il en substance.
Ainsi, l'enquête repars à zéro !
 
Janvier profite de la convalescence de Vialatte pour l’envoyer à Paris, lui et son ami le Maréchal des Logis, Desloches , et reprendre un à un les dossiers des membres de cette section Peyrac. 
Les conflits ont redoublés de violence et d’intensité, avec l’apparition des chars qui transportent la guerre dans une nouvelle ère. L’enquête qu’on avait cru terminée reprend elle aussi de plus belle, bien loin des tranchées, dans les quartiers de la capitale dans un premier temps puis du côté de Arras, le secteur des "Anglishes"...
 
Quelque part, cette investigation du Lieutenant Vialatte est un beau prétexte pour les auteurs de décrire l'ambiance qui régnait dans les villes, la mentalité des Français et de leurs rapports avec les soldats ... (un bel hommage ?) tout en laissant apparaître les sentiments humains, ceux face à l'horreur de la guerre, ceux face à l'espoir de la paix.
Les émotions sont juste édifiantes !
 
Les regards sont authentique, on perçois la peur, la tristesse, la solitude.
Il n'y as pas de trop plein, c'est la réalité à l'état brut des personnages ravagés.
Des soldats et des des paysages ruinés. L'atmosphère est lourd de par le sujet, mais le duo Maël & Kris, ne nous accablent pas dans une histoire pesante. Le scénario est fort bien adapté, digne d'un des meilleurs scénario de film de guerre ...
 
A nouveau sur le mode du héros-narrateur, Roland Vialatte revit pour nous sur son lit de mort, les événements de la grande guerre. Il nous conte avec justesse et neutralité son enquête qui une fois de plus rebondit au moment où il ne l'attendait plus, un moment difficile, une nouvelle attaque, celle qui précède l'assaut final ... un dernier souffle sous forme de "requiem" nous sera donné par la plume de Kris et le pinceau de Maël pour notre plus grande force, au prochain épisode !
  
Extraits :
« Les soldats auront beaucoup de choses à dire après la guerre. Mais j'ai bien peur qu'on ne les écoute pas, ou pire, qu'on les écoute mal. Alors, entraîné par ces silences, le soldat se taira lui aussi. Ou pire, il racontera mal, ouvrant la porte aux renoncements préparant les futurs recommencements. »  
  
« Hé, mon cochon ! T'es bien à l'abri des balles, embusqué dans ton usine, toi ! Et, tu voudrais qu'on te donne encore plus de sous ?!
- C'est pas pour la grève qu'on fait ça, beau soldat ! Écoute, c'est pour la paix aussi ! C'est pour toi ! Et pour ta femme, et pour tes gosses ... A bas la guerre ! »
 
« Alert ! Gas ! Gas comin' !
Bloody hell ! Keep calm !
Remain calm ! Anyone who doesn't have a mask, just piss on your handkerchief !
Remain calm ! » 
notre mère la guerre Planche001
notre-mere-la-guerre_planche-002.jpgnotre-mere-la-guerre_planche-27.jpg
notre-mere-la-guerre_planche-004.jpgKris - Maël © Futuropolis - 2011
 
 
Je vous invite à cliquer sur le lien pour visionner la remise des prix "Quai des bulles 2011"  ayant eu lieu ce dernier week end d'octobre et animée par Kris lui même, accompagné de son acolyte, (la sirène) Zanzim ! C'est du bon 
 
Bonne lecture,
OliV'
Tag(s) : #BD auteurs français, #Kris, #Maël, #Futuropolis

Partager cet article

Repost 0