Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Une fois n'est pas coutume, je commence par inscrire les liens autour de cet album,

parce que l'internet aide à cela, ne l'oublions pas ...

 

     clique & like ^^

 

La page Facebook de l'auteur Mana Neyestani

-

L'article de l'éditeur Ça et là  www.caetla.fr/spip.php?article74

-

Sur Arte Boutique  http://www.arteboutique.com/detailProduct.action?product.id=453810

-

Sur Rue 89   http://www.rue89.com/2012/02/27/une-metamorphose-iranienne-le-dessinateur-de-bd-le-cafard-et-lexil-229624

-

Chez jerome  http://www.litterature-a-blog.blogspot.com/.../une-metamorphose-iranienne.html

-  

Chez Mo'  http://chezmo.wordpress.com/2012/02/10/une-metamorphose-iranienne-neyestani/

-

Chez David  http://www.iddbd.com/2012/02/chronique-une-metamorphose-iranienne-neyestani/

-  

Chez Yvan  http://brusselsboy.wordpress.com/2012/02/15/mana-neyestani-une-metamorphose-iranienne/

 

©2012  Éditions çà et là / ARTE Éditions
Présentation de l'éditeur

Le cauchemar de Mana Neyestani commence en 2006, le jour où il dessine une conversation entre un enfant et un cafard dans le supplément pour enfants d'un hebdomadaire iranien. Le cafard dessiné par Mana utilise un mot azéri, et les azéris, peuple d'origine turque du nord de l'Iran, sont depuis longtemps opprimés par le régime central. Pour certains d'entre eux, le dessin de Mana est la goutte d'eau qui fait déborder le vase et un excellent prétexte pour déclencher une émeute. Le régime de Téhéran a besoin d'un bouc émissaire, ce sera Mana. Lui et l'éditeur du magazine sont arrêtés et emmenés dans la prison 209, une section non officielle de la prison d'Evin, sous l'administration de la VEVAK, le ministère des Renseignements et de la Sécurité nationale... Au bout de deux mois de détention, Mana obtient un droit de sortie temporaire. Il décide alors de s'enfuir avec sa femme.

Bouleversant, Une métamorphose iranienne est une plongée en apnée dans le système totalitaire kafkaïen mis en place par le régime iranien.

 

Biographie de l'auteur
Mana Neyestani est né à Téhéran en 1973, il a une formation d'architecte, mais commence sa carrière en 1990 en tant que dessinateur pour de nombreux magazines culturels, littéraires, économiques et politiques. Il devient illustrateur de presse à la faveur de la montée en puissance des journaux réformateurs iraniens en 1999. Catalogué comme dessinateur politique, Mana Neyestani est ensuite contraint de faire des illustrations pour enfants. Celle qu'il fait en 2006 conduit à son emprisonnement et à sa fuite du pays. Entre 2007 et 2010, il vit en exil en Malaisie, réalisant des illustrations pour des sites dissidents iraniens. Suite à l'élection frauduleuse de 2009, son travail est devenu le symbole de la défiance du peuple iranien. Il vit actuellement à Paris, en résidence d'artiste à la Cité Internationale des arts dans le cadre du programme international ICORN de soutien à la liberté d'expression.

 

Une métamorphose iranienne  

Scénario et Dessin : Mana NEYESTANI
Éditeur : Éditions Ça et Là / ARTE Éditions (février 2012)
Album Broché de 200 pages  Couverture souple à rabats One-Shot  Noir et Blanc

 

--- 

 

Tout ça parce qu’un jour, Mana Neyestani,

a eu l’idée fâcheuse de dessiner un cafard avec un mot de trop...

Un dessin, et tout bascule. L'histoire commence donc comme ça.

Il s'en suit une métamorphose !

C'est à dire :

Un changement de forme, une modification,

ou un changement complet d'apparence, une transformation...

Et le cafard, c'est le dénonciateur hypocrite, un mouchard,

ou est-ce simplement l'animal, type blatte...

Une chose est sûr, l'expression « avoir le cafard », Mana Neyestani, je pense qu'il doit la connaître.

Et pourtant, il a fallu être fort pour ne pas passer outre, ne pas flancher...

Dans cette autobiographie, Mana Neyestani raconte d'une manière très crue et déchirante, ses propres ennuis dans son propre pays suite à ce dessin qualifié d'impropre. Mais par qui, et pourquoi ? Les réponses, Mana ne vas pas les trouver du fait surtout parce que les éléments lui sont contraires. La solution se trouve dans la fuite, l'auto-dérision et dans une croyance de liberté partagée avec sa femme.

 

Une lecture poignante, surprenante, d'un destin impensable, inimaginable.

Avec son trait d’illustrateur de presse épuré mais expressif, Mana Neyestani dans Une métamorphose iranienne, retrace toute cette terrible aventure récente. Il dénonce autant le régime iranien que l’opposition turque, et égratigne la France et le Canada. Un parcours de combattant difficile et délicat, sensible où des mots comme peur, faux espoirs, trahisons, calvaire, résonne encore à la fin de cette lecture-écriture.

A la fois lucide et profond, le regard porté par l'auteur, donne à réfléchir sur l'asile politique, sur l'accueil d'un dessin presse, sur les conditions en prison... et autant de problèmes collectifs.

 

Un album qui, à n'en pas douter, sera salué, comme il se doit, par l'association Colères du présent, à l'occasion du onzième salon du livre d'expression populaire et de critique sociale de la ville d'Arras, ce 1er Mai 2012.

L'auteur Mana Neyestani y sera en dédicace, tout comme Li-Chin Lin pour Formose, ou encore Matthias Picard pour Jeanine. Je vous en parle ici.

 

 

Bon 1er mai,

Bonne lecture,

OliV

Tag(s) : #BD auteurs étrangers

Partager cet article

Repost 0