Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Un rêve, une annonce, un esprit, une naissance, un long voyage, une quête, un enfant, une bête, un bien-être, une peur, un chaman, une vision, un clan, une transe, un signe, une histoire... C'est Temudjin. « Maintenant, il est libre, il choisira sa route. » Et, « Personne, ne peut savoir ce qu'il fera. » !

 

Temudjin, est un scénario d'Antoine Ozanam (L'Amourir, Les Âmes sèchesKlaw), dessiné et colorisé par Antoine Carrion (No Pasaran). Il est publié chez l'éditeur Daniel Maghen. Publication le 17/05/2013. Avec 104 pages dont un cahier graphique de 18 planches. ISBN : 9782356740250

Un duo d'auteur que nous pouvons retrouver chez Soleil productions avec L'Ombre blanche, publié en mars 2013.

 

Cette histoire nous évoque Gengis Khan (Khan, signifie : dirigeant), nommé Temüdjin, grand chef et fondateur de l'empire mongol de l'époque au début du XIIIe siècle. Il a utilisé son génie politique et militaire pour rassembler plusieurs tribus nomades. Et, il est l'un des seuls généraux militaires de l'Histoire à n'avoir jamais perdu de bataille... Gengis Khan est d'un côté, une figure légendaire entourée d'un grand respect, de l'autre, il est considéré comme un conquérant impitoyable et sanguinaire. Gengis Khan aurait même affirmé que seul le temps lui avait manqué pour conquérir le monde. (Source Wikipedia)
 

Où comment l'Histoire s'assemble dans un docu-fiction d'une quête initiatique, fantastique, magnifique d'un empereur fortement charismatique !

« Et puis un jour, je fis un rêve, l'enfant que je portais devenait un héros, il sauvait mon clan de la misère... Mon clan et tout le peuple mongol. »

« Maintenant que tu es là, je sais que ce rêve est la parole des esprits... »

 

Il sera le nouveau Temudjin. Et le sorcier Ozbeg le sait. Un rêve prémonitoire l'annonce... Enfant d'une mortelle et d'un esprit-loup, sa naissance est difficile mais ce n'est rien comparé au destin qui l'attends... On découvre donc son évolution, son enfance est faite d'épreuve. En qualité de disciple sous les préceptes du grand chaman OzbegTemudjin apprend vite. Ils sont comme père et fils. Leur voyage est très long et semé d'embûche, les esprits sont souvent dangereux, et le pays est en guerre... Mais l'adversité pour Temudjin commence le jour où le père adoptif du garçon meurt. Ce dernier se retrouve alors seul face à ses démons, sa destinée, lui pour qui l'histoire est déjà écrite...

« Nous arriverons bientôt. Il faudra alors me laisser. La belle mort s'accomplit seul. Durant la dernière partie du chemin, il faut se détacher des choses que l'on aime et qui risqueraient de nous faire regretter notre départ. »

 

Le graphisme ressort vraiment bien et donne ce supplément d'âme à Temudjin. Les ambiances sublimées par des jeux de lumières sont parfaitement traitées. Les scènes de combat sont forte et les esprits habilement représentés. Bref, c'est un palette graphique adaptée et surtout entièrement réalisée au format numérique, et pour notre plaisir, mis sur papier !! Le récit quant à lui est plus complexe. Bien développé en introduction, il se complique un peu à la rupture, lorsque l'enfant devient grand... Ce qui est en soit, comparable à la réalité... Notre futur dirigeant est aidé d'esprits (comme le loup bleu...), et son chemin initiatique est loin d'être simple. C'est le rythme qui est intriguant. La vie de Temudjin est passée très vite de l'enfance, à l'âge adulte. Peut-être que j'aurais voulu ne pas le voir grandir... Mais son accomplissement est spirituel, comme son parcours est intemporel.

Au final, c'est le mot grandeur qui me vient pour présenter Temudjin d'Antoine OZANAM et Antoine CARRION !

 

 

Toutes les informations complémentaires de cette lecture sont sur le site de l'éditeur : http://www.danielmaghen.com/fr/index.htm

---

Bonne lecture - OliV

 

©Daniel Maghen 2013 Ozanam/Carrion

©Daniel Maghen 2013 Ozanam/Carrion

©Daniel Maghen 2013 Ozanam/Carrion

©Daniel Maghen 2013 Ozanam/Carrion

©Daniel Maghen 2013 Ozanam/Carrion

©Daniel Maghen 2013 Ozanam/Carrion

L'homme est allongé. Il y a quelques heures, il a été désigné comme le Tchinggis Khan par le beki, Kököcu. Ce soir, c'est donc un homme complet. Mais aussi un homme triste. Il a peur. Il ne veut en aucun cas continuer à marcher dans les traces de l'autre Gengis Khan. Pour rire, il dit qu'il a de plus grands pieds et que les traces sont mal ajustées. Mais la raison est évidemment ailleurs.

Cahier graphique

Tag(s) : #OZANAM, #CARRION, #Editeur Daniel Maghen

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :