Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La parenthèse, petite, grande, s'ouvre, se ferme ... Entre parenthèse, s'y glisse souvent toute une histoire, un témoignage, une période de vie, un fait, une anecdote et ça repart ...

 

Quatrième de couverture :

<<On est où là ? Il est quelle heure ? On est où là ? Il est quel heure ?

Là où je suis ...

Je ne vois rien. Je ne sens rien. Je ne peux plus parler ...

Je ne peux plus entendre...>> 

 

la-parenthese.jpg 

.

 

Sa parenthèse :

 

     C'est l'histoire d'une jeune fille,
     Judith, âgée d'à peine plus
     de 20 ans, d'un drame dans
     sa vie qui semblait être sans
     retour, d'une chute dans le monde
     de la maladie, dans la perte de soi.
     Ce récit est une  bataille
     contre l'adversité. Il parle
     de la mémoire  parfois si fragile,
     d'une convalescence inattendue,
     de comment un jour, on réapprend
     son alphabet, à compter,
     à retrouver ses souvenirs.    
                                  Élodie Durand

 

 

 

 

Elodie Durand, est diplômée de l’école des Arts décoratifs de Strasbourg en 2003 et d’une licence d’arts plastiques à Paris VIII. Elle travaille pour la presse, l’édition jeunesse et adulte. 

Elle aime dessiner, raconter, le mouvement, les sentiments, les histoires pour tous, de vie, d'aventure, imaginaire, philosophique, le dessins d'idées, la couleur...

 

En l'occurrence, cette parenthèse est en noir et blanc, mais quoi de mieux pour représenter la maladie que le noir et blanc ! Pas drôle cette maladie qu'est l'épilepsie que nous raconte ici Elodie.

 

 

parenthese intro

Gros travail de mémoire et cette jeune femme revient sur cette période, sur un épisode douloureux de son existence : sa longue bataille contre la maladie. Elle a 20 ans quand les médecins diagnostiquent une épilepsie puis, d'IRM en IRM, une tumeur cérébrale. Au travers de ce récit autobiographique, Elodie Durand nous raconte sa mémoire qui s'effiloche, se délite et son combat pour la reconstruire. Pas à pas avec l'aide de ses proches.

« C'était d'abord une nécessité de rassembler des souvenirs confus, de mettre de l'ordre puis l'envie de témoigner. »

Tout en pudeur, la Strasbourgeoise de 35 ans, Elodie Durand, dans La Parenthèse (ed. Delcourt).

 

 

 

 

 

parenthese_negation.jpg

 

 

                 

parenthese02

 

Extrait :

" J'ai tendance à oublier plus facilement les choses mais nous faisons tous cette expérience de l'oubli et de l'imprécision. Les empreintes du passé sont devenues une part de moi à présent. "

 

" Aujourd'hui, je garde un petit creux sur le crane à l'endroit de l'opération, là où il a ét percé. Je le sens parfois. Je n'y touche pas, la sensation est toujours désagréable. "

 

 

 

La Parenthèse a reçu (entre autre) le Prix Révélation au Festival d’Angoulême 2011.

 

 

 

Enfin, cette lecture vous permettra aussi de découvrir le 'quartier des Choux' à Créteil !

 

Voilà, j'ai passé un très bon moment de lecture, très bon style, des traits à la fois difficiles, simplistes et très réalistes.

Des pages bien remplies ou presque vide. Des pages du passé et du présent. Tout une parenthèse !!

 

 

Merci Mo' d'avoir accueilli cette lecture chez toi ^^

palseches

 

 

Je place cette lecture dans ton challenge !! 

 

 

 

 

bonne lecture,

Oliv'

Tag(s) : #Challenge PAL sèches (clos)

Partager cet article

Repost 0